Extrait de Satyres et Flagellants

De BiblioCuriosa.

Extrait de / Excerpt from : Satyres et Flagellants.


On trouve dans Pline que Gallus, ami de Virgile, avait pour maîtresse une jeune Romaine tantôt indifférente et tantôt voluptueuse. Il se trouvait des jours où elle restait complètement insensible aux caresses amoureuses, tandis qu'en certains autres jours, elle se montrait passionnée, délirante, sous les baisers de son amant. Gallus, cherchant la cause de ce phénomène, découvrit que sa maîtresse n'était amoureuse que les jours où son père la faisait fouetter pour la punir de son escapade ; Gallus profita de cette découverte, et, lorsque sa maîtresse arrivait chez lui froide et indifférente, il la stimulait par une vigoureuse distribution de coups de verges, et la rendait folle d'amour, ivre de plaisir.

J.-J. Rousseau avoue, dans ses Confessions, qu'étant fouetté par Mlle Lambercier, le fouet l'excitait si fort, qu'un jour celle-ci s'aperçut qu'il devenait homme, et s'abstint désormais de le fouetter. La flagellation n'agit pas seulement sur celui qui la reçoit ; elle paraît encore un excitant pour celui qui la donne et la voit donner.

Il est plus d'un riche vieillard et d'un libertin qui, dans le silence du secret, se servent de moyens semblables pour imprimer à leur nature baissante une stimulation passagère.

Il est divers instruments de flagellation ; il paraît que le meilleur est celui dont se servent les Russes, les verges de bouleau. Le fouet à bouts de cordes ou à lanières de cuir cingle trop lourdement, et son action, au lieu de produire une excitation passagère, peut causer des meurtrissures profondes et même déchirer la peau.

Les parties sur lesquelles s'opère la flagellation sont les reins, les lombes et les fesses. Ces parties doivent, paraît-il, être frappées à petits coups d'abord, puis on augmente graduellement de force, et on arrive enfin à frapper aussi violemment que le flagellé le désire.

L'excitation produite sur les nerfs cutanés et sur ceux de la moelle épinière se communique rapidement aux nerfs des organes génitaux ; ceux-ci, entrant en action, permettent à l'homme de consommer l'acte sexuel.

Cette excitation est d'autant plus complète que la flagellation est mieux pratiquée. On conseille aux impuissants d'user de la flagellation au sortir du bain, parce que la peau est plus sensible et plus souple. Ceux qui ont la peau endurcie par l'abus du fouet, font tremper les verges dans du vinaigre, et, sous le piquant de cet acide, retrouvent leur sensibilité émoussée.



Texte intégral avec toutes les illustrations en format PDF en vente chez Eros-Thanatos