Extrait de Yvette

De BiblioCuriosa.

Extrait de / Excerpt from : Yvette.


Yvette avait bu trop de bière en mangeant et sa petite vessie était chargée. Et elle sortit.

Il lui fallait bien un soulagement immédiat, et ce, en tout bien, tout honneur.

Ceci fut l’incident bénin, le grain de sable, le nez de Cléopâtre, le tout petit rien qui fait tout, l’impondérable qui se produit à la minute voulue et qui démantibule nos prévisions, nos désirs, nos rêves, nos vies !

Du fait insignifiant en apparence de la bière bue par Yvette au cours de son repas, oui, de ce fait, Eulalie se trouva seule avec Baizenvrac, et comme pour mieux suivre les danses il se penchait, il frôla l’épaule nue de sa voisine. Deuxième fait insignifiant.

Celle-ci frissonna... « comme au vent frissonnent les épis ! »

Elle se renversa contre lui et, brutale, les tempes battantes, exacerbée, ayant perdu la notion du lieu et des choses, lui plaqua un long baiser sur les lèvres.

Nous l’avons dit, Eulalie était bien, très bien, presque jolie. Dans la robe de soirée et la pénombre, les yeux brillant étrangement d’un trouble éclat, elle était belle. Baizenvrac, lui, était excité, simplement, mais suffisamment ! Ses bras se refermèrent sur le corps frissonnant.

Leur baiser repris lent, exquis, délicieux, profond.

Et ma foi, comme une main d’Eulalie avait tout à l’heure trouvé ce que par une perversion intellectuelle, elle avait appelé : clefs. La main du capitaine trouva sans peine ce qu'un euphémisme nous fera appeler : serrure !

Alors, complètement abandonnée sur l'épaule du bel officier, folle, serrant les dents, elle arrondit un de ses bras devant son visage, ferma les yeux... et soudain l’adorable prélude de l’extase inconnue fit frissonner son être. Ce fut rapide, bref, brusque, presque brutal ! Elle eut un soupir frêle, un tremblement de tout son corps, une sorte de soubresaut passionné et douloureux puis ce fut aussi soudain, appuyée sur l’épaule de son... partenaire, l’apaisement presque complet qui donne à la chair à demi prostrée, la demi-apparence du sommeil et de la mort.

Brusque, un carré de lumière s’abattit sur eux, les saisissants.

Yvette rentrait dans la loge.



Texte intégral avec la couverture illustrée en format PDF et ePub en vente aux Éditions Biblio Curiosa